La reconnaissance de la profession enseignante au sein de l’enseignement supérieur, les environnements de travail collaboratifs pour le personnel et la protection des libertés académiques sont autant d’éléments incontournables dont il faudra tenir compte si l’on souhaite assurer la viabilité future de l’Espace européen de l’enseignement supérieur, telle est la conclusion à laquelle ont abouti les membres du Comité permanent de l’enseignement supérieur et de la recherche (HERSC) lors de sa réunion biennale, tenue les 9 et 10 avril 2018. L’événement a eu lieu à Bruxelles en présence de plus de 30 délégué(e)s représentant 23 pays européens.

Le Règlement général de l’UE sur la protection des données (RGPD) a été approuvé en avril 2016 et entrera en vigueur à la fin du mois de mai 2018, après la période de transposition dans les lois nationales. Ce document, qui remplace la Directive relative à la protection des données 95/46/CE, vise à harmoniser les lois en matière de confidentialité des informations à caractère personnel en Europe, à protéger et à rendre exécutoire la protection des données de tou(te)s les citoyen(ne)s de l’UE et à reformuler les différentes approches de la protection des données, adoptées par les organisations européennes.

Suite à la série de grèves organisées dans l’enseignement primaire, c’est au tour de l’enseignement secondaire de lancer son mouvement de protestation. Alors que des actions de mobilisation sont toujours en cours dans l’enseignement primaire (le personnel enseignant de ce secteur a repris le flambeau dans le sud du pays et partira en grève le 13 avril 2018), les pressions qui pèsent sur le personnel de l’enseignement secondaire ne cessent de s’intensifier.

Les 27 et 28 mars 2018, le syndicat bulgare de l’enseignement, le ministère bulgare de l’Education et des Sciences et le CSEE ont organisé conjointement à Sofia une conférence internationale de haut niveau, intitulée « Soutenir les jeunes enseignant(e)s pour garantir la qualité de l’enseignement - attirer, recruter et assurer la formation des enseignant(e)s en début de carrière », et se donnant pour mission d’apporter des solutions permettant de soutenir les jeunes enseignant(e)s.

Les menaces sans précédent à l’encontre de la fonction publique, le refus de prendre en considération les questions salariales et les conditions de travail et l'annonce de réformes régressives (lycée, diplôme d'études secondaires, etc.) conduisent les travailleurs des services publics à se mobiliser en nombre le 22 mars 2018 en France.

Le 15 mars 2018, le Conseil européen a adopté le Cadre européen pour un apprentissage efficace et de qualité. Selon le CSEE, c’est un pas dans la bonne direction. Le CSEE est satisfait de cette initiative, notamment parce que la recommandation du Conseil comprend plusieurs aspects clés des Propositions de la CES qui ont été élaborées conjointement avec le CSEE. Par exemple, la nécessité d'impliquer les partenaires sociaux dans la conception, la gouvernance et la mise en œuvre des systèmes d'apprentissage.