Une nouvelle déclaration conjointe des négociateurs de l'Union européenne et du gouvernement du Royaume-Uni sur les progrès des négociations au titre de l'article 50 TUE sur le retrait ordonné du Royaume-Uni de l'Union européenne vient d’être publiée (Juin 2018). Le CSEE regrette de constater que l'éducation et la recherche ne figurent pas encore à l'ordre du jour de la 2e phase des négociations du Brexit pour l'avenir Royaume-Uni-UE. Au lieu de cela, les politiques de sécurité et de défense, la fiscalité, l'approvisionnement et les douanes semblent toujours prioritaires pour les deux parties en négociation.

Des membres du CSEE de France, d’Italie, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de Belgique ont contribué activement aux discussions sur la ségrégation dans l’éducation et dans la profession enseignante à l’occasion du séminaire « Trouver une issue à la ségrégation dans l’enseignement, la formation et l’emploi : Promouvoir l’égalité des genres et le rôle des partenaires sociaux», organisé à Bruxelles, le 3 juillet dernier, par l’Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE).

La NASUWT, l'une des organisations membres du CSEE au Royaume-Uni, a mené une étude sur la santé mentale et physique des enseignant(e)s. La recherche a révélé que 30 % des enseignant(e)s déclarent avoir eu recours aux médicaments dans les 12 derniers mois pour faire face aux difficultés physiques et mentales que leur travail engendre. 40 % ont consulté un médecin ou professionnel de la santé, et 15 % affirment avoir demandé des conseils professionnels. Le problème semble croître puisque 78 % des enseignant(e)s estiment avoir subi un stress accru lié au travail au cours des 12 derniers mois (2017-2018).

Le 2 juillet 2018, dix syndicats de la plate-forme également représentée par FENPROF et FNE, des organisations membres du CSEE au Portugal, ont envoyé une lettre au ministre de l'éducation du Portugal pour demander la poursuite des négociations. Au début du mois de juin 2018, le Ministère portugais de l'Éducation avait interrompu les négociations avec les syndicats de l'éducation concernant la fin du gel de la progression de la carrière des enseignant(e)s et plus précisément l'indemnisation des neuf ans, quatre mois et deux jours.

En 2011, l'UE a appelé les Etats membres à progresser dans le cadre de l'inclusion des Roms. Même si certaines améliorations ont pu être observées, les Etats membres n'ont, pour l'heure, pas encore atteint la plupart des objectifs, en particulier, dans le secteur de l'éducation. Seuls 5 enfants roms sur 10 sont inscrits dans un établissement d'éducation de la petite enfance. Basées sur le nouveau rapport de la FRA (mai 2018) « Un problème persistant - l'anti-gitanisme constitue une barrière à l'inclusion des Roms », les données infographiques soulignent que les Etats membres doivent :

Dans la plupart des pays européens, l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et de la littérature se voit allouer le plus grand nombre d'heures de cours dans les programmes scolaires, en particulier dans l'enseignement primaire, suivi des mathématiques, qui restent davantage représentées dans l'enseignement primaire que dans l'enseignement secondaire général. Telles sont les conclusions d'un rapport publié récemment par Eurydice, intitulé Temps d'enseignement annuel recommandé au sein de l'enseignement obligatoire de plein exercice en Europe 2017-2018.