Mettre un terme à la violence fondée sur le genre demeure un volet central des travaux du CSEE ainsi qu'une priorité pour l'Internationale de l'Education (IE), laquelle a lancé un appel à l'action à l'ensemble de ses organisations membres afin de les encourager à faire pression sur leurs gouvernements en faveur d'une norme contraignante de l'OIT visant à lutter contre la violence et le harcèlement dont sont victimes les femmes et les hommes dans le monde du travail. Les organisations membres représentent des acteurs essentiels dans la lutte contre la violence fondée sur le genre au sein des établissements scolaires et à proximité de ceux-ci, de même que des agents déterminants en matière de protection et de changement.

L'enquête en ligne du projet du CSEE « Promouvoir l'égalité des genres au sein des syndicats de l'enseignement et de la profession enseignante en période d'austérité » laisse apparaître une recrudescence de la violence fondée sur le genre en Europe durant la crise économique - les mesures d'austérité accentuant les pressions sociales et économiques sur la population. Bien que les actes de violence fondés sur le genre concernent tant les hommes que les femmes, ces dernières demeurent les plus vulnérables en raison de leur manque d'indépendance économique et de la persistance des stéréotypes sexistes, qui contribuent à accentuer les inégalités entre les genres.

Les syndicats jouent un rôle déterminant dans la lutte contre la violence dirigée contre les femmes sur le lieu de travail, au domicile et à l'école. Les 24 et 25 novembre, afin de marquer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la Confédération européenne des syndicats (CES) présente sa nouvelle étude « En sécurité à la maison, en sécurité au travail » à la conférence de Madrid. Cette dernière décrit les moyens mis en œuvre par les syndicats européens pour lutter contre la violence à l'égard des femmes sur le lieu de travail, par le biais des conventions collectives avec les employeurs aux niveaux national, sectoriel et de l'entreprise, et montre comment la lutte contre la violence fondée sur le genre en milieu professionnel peut aider à prévenir la violence envers les femmes au domicile. Par exemple, l'Accord-cadre européen relatif à la violence et au harcèlement au travail, signé en 2007 entre les organisations syndicales et les organisations d'employeurs européennes, a donné lieu à la signature d'un grand nombre d'autres accords européens dans différents secteurs publics et privés, en ce compris l'éducation.

Afin de marquer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes (25 novembre), le Conseil de l'Europe a lancé une initiative d'intérêt public visant mettre un terme à la violence envers les femmes. Cette campagne se donne pour mission de sensibiliser les responsables politiques et le grand public à des problématiques telles que la violence sexuelle, le mariage forcé, le crime d'honneur, ou encore les mutilations génitales chez les femmes. Le site web dédié à cette Journée internationale fournit des informations sur la Convention d'Istanbul et sur les différents moyens de mettre fin à la violence à l'égard des femmes.