S'appuyant sur la Déclaration de Paris de 2015, dans laquelle les ministres de l'Education appellent à la promotion de la citoyenneté et des valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination par l'éducation, l'Agence des droits fondamentaux a récemment lancé un rapport intitulé «Ensemble dans l’UE – promouvoir la participation des migrants et de leurs descendants” qui met en exergue la promotion de la participation à la vie sociale dans l'éducation et grâce à l’éducation et l'encouragement de la participation au travail syndical et à la sphère publique. Le deuxième chapitre du rapport est spécialement consacré à «l'éducation et la participation inclusives» et contient plusieurs conclusions-clés importantes:

  • Sensibiliser les parents en encourageant la participation, en impliquant les parents migrants et les familles des migrants dans les écoles et les communautés locales. En plus de l'apprentissage des langues, les cours d'intégration fournissant des informations sur l'histoire, la culture et le cadre juridique du pays hôte sont considérés comme des pratiques exemplaires;
  • Nécessité de politiques en matière d'éducation reflétant la diversité de la société: les activités scolaires et extrascolaires favorisant l'égalité, la solidarité et la citoyenneté active se révèlent être de bonnes pratiques;
  • La ségrégation scolaire des élèves continue d'être un défi majeur dans environ la moitié des pays de l'UE, même lorsqu'une politique contre la scolarisation séparée est menée: la  principale raison, qui devrait également être abordée, étant la séparation résidentielle des ménages des personnes ayant une origine ethnique différente de celle de la majorité.

En conclusion, ce rapport de la FRA souligne également que la nécessité de respecter les droits des travailleurs migrants devrait être mieux reflétée dans les politiques nationales d’intégration qui se concentrent en premier lieu sur la formation et l’accès à l’emploi. A ce sujet, les partenaires sociaux – particulièrement les syndicats – pourraient être davantage impliqués dans les initiatives d’intégration, pour autant que cela soit reflété de manière adéquate dans les politiques d’intégration et les plans d’action mis en œuvre au niveau national.