Le 18 mai, le Bureau du CSEE a adopté une déclaration en guise de contribution à la Consultation publique sur la révision des compétences clés.

Le CSEE est d’avis que des obstacles persistent en ce qui concerne la conception et l'application du cadre des compétences clés. L'un des obstacles à sa mise en œuvre est l'absence d'un public clair pour le cadre des compétences clés : quel est le groupe cible (gouvernements nationaux, décideurs politiques, directeurs d’établissements scolaires, enseignants ou autres acteurs du secteur de l'éducation) ? Le CSEE regrette le fait que le cadre des compétences clés n'est pas conçu sur mesure pour les différents acteurs. A titre d’exemple, il ne prévoit pas de directives pour les décideurs politiques nationaux sur son adaptation aux exigences nationales/locales et sur sa mise en œuvre. L'une des raisons qui explique cette situation est le manque d’informations issues de la recherche sur le statut général des compétences communes, des défis et des possibilités dans les États membres de l'UE et sur l'évaluation efficace des compétences transversales.

Un autre obstacle à la mise en œuvre du cadre des compétences clés est que certaines d’entre elles sont axées sur la matière (mathématiques, langues étrangères), ou évaluables/mesurables (maîtrise de la langue maternelle), alors que d'autres sont transversales (compétences sociales et civiques). Selon le CSEE, le cadre des compétences clés ne doit pas uniquement être considéré comme un objectif pour l'éducation formelle et la formation, mais aussi comme un élément de l'apprentissage non formel et informel ; les compétences doivent être acquises dans tous les aspects de la vie. Par exemple, certaines compétences telles que la créativité et l'éthique doivent être appliquées à l'ensemble du cadre des compétences clés, tandis que la sensibilisation à l'environnement et la durabilité devraient être ajoutées à la liste des compétences.

Le CSEE souligne également que le dialogue social et l'investissement public durable dans l'éducation et la formation sont indispensables pour les qualifications et les compétences, mais aussi pour une meilleure présentation du cadre des compétences clés dans les systèmes nationaux. En outre, les autorités de l'éducation devraient assurer des séances d'information pour les acteurs de l'éducation (chefs d'établissements, enseignants, parents, élèves) sur le cadre de compétences clés et former d’une part les enseignants et les chefs d'établissement sur la manière de l'intégrer dans leur enseignement, et d’autre part les apprenants sur l'auto-évaluation de leurs résultats d'apprentissage.

Même si le récent cadre de Compétences n'a pas été pleinement mis en œuvre dans de nombreux pays, le CSEE s'inquiète du fait que sa révision entraînera de nouvelles réformes éducatives inutiles et mènera à la révision des cadres nationaux de qualifications. Par conséquent, le CSEE estime que le cadre des compétences clés doit uniquement servir de guide pour les acteurs de l'éducation nationale et locale, et qu’il doit être suffisamment large et souple pour s'adapter aux circonstances nationales et locales et aux différents types d'apprenants (réfugiés, apprenants socio-économiquement défavorisés, élèves aux besoins spécifiques, etc.).