Le 30 mai 2017, à l'occasion de la conférence « L'éducation en Europe : investissement public, privatisation et réformes : quel rôle pour les syndicats de l'éducation ? » le CSEE a publié le rapport de recherche et le guide pratique pour les syndicats de l'éducation afin de renforcer leur participation dans le cadre du Semestre européen, qui conclut le projet de deux ans « Investir dans l'éducation : renforcement de la participation des syndicats d'enseignants dans le Semestre européen sur l'éducation et la formation ». Le rapport, intitulé : « Politiques en matière d’éducation et de formation au sein du semestre européen - investissement public, politiques publiques, dialogue social et modèles de privatisation en Europe», est le résultat d'une recherche de deux ans menée par une équipe de chercheurs de l'Université de Nottingham, Royaume-Uni, au nom du CSEE. En plus du rapport de recherche, le CSEE a publié une boîte à outils en ligne « Guide pratique pour assurer la participation efficace des syndicats de l’enseignement au Semestre européen sur l’éducation et la formation » dans le but de soutenir les organisations membres du CSEE dans leurs stratégies pour influencer les différentes phases du Semestre.

Le rapport de recherche a été commandé pour fournir un aperçu fondé sur des données probantes de l'impact du Semestre européen sur les politiques d'éducation et de formation à travers l'Europe, la participation des syndicats de l'éducation à la politique et au processus de réforme et la nature changeante de l'investissement dans l'éducation. Le rapport a étudié le lien entre le Semestre européen et la politique éducative dans les Etats membres de l'UE. Il se base sur des recherches menées entre mars 2016 et mars 2017, et les principales sources de données sont : des séminaires de projet, des entretiens, une enquête menée pour établir les points de vue et les expériences des organisations membres du CSEE et une analyse de la documentation.

Les principales conclusions du rapport sont les suivants :

  1. investissement public dans l’éducation : le rapport de recherche fournit la preuve que l'investissement dans l'éducation est toujours très en retard. Le paradoxe est qu'un domaine d'investissement public considéré comme essentiel pour la reprise économique continue de souffrir alors que l'impact risque de porter sur la croissance et l'emploi.
  2. rôle des recommandations par pays (CSR) liées à l'éducation dans le processus du Semestre - l’accent mis sur le contrôle budgétaire et la dominance des enjeux économiques dans le processus du Semestre ont un impact important sur les CSR liées à l’éducation, en dépit de l’importante dimension sociale intégrée dans la stratégie UE 2020.
  3. étendue du dialogue social par rapport au processus du Semestre - en dépit de l'impact notable des CSR pour façonner la politique éducative dans les pays européens, le rapport de recherche révèle un « déficit démocratique » dans l'élaboration des politiques. Il existe un écart entre l'importance des questions sur l'éducation dans le processus du Semestre, l’engagement de la Commission européenne dans le dialogue social au sein du processus et l'expérience réelle des syndicats de l'éducation, qui relèvent un engagement limité
  4. perception et expérience de la privatisation dans et de l'éducation à travers l'Europe - les répondants au sondage ont signalé une « privatisation interne » de l'éducation liée au secteur statutaire, où les pratiques du secteur privé et des affaires sont courantes et révèlent des formes généralisées de privatisation rampante et cachée. Les aspects non statutaires de l'éducation (éducation de la petite enfance, enseignement et formation techniques et enseignement supérieur et recherche) représentent un mélange d’offre public-privé. Cependant, l'enseignement supérieur se distingue comme la partie des systèmes d'éducation la plus exposée à la pression de la privatisation.

Ces résultats doivent aider et soutenir les syndicats de l’éducation à travers l'Europe dans leur lutte pour une éducation de qualité pour tous, fondée sur investissement public accru dans l'éducation, et pour l’intégration de l'expertise professionnelle des enseignants dans la politique et la réforme.