La Direction Générale des réseaux de communication, du contenu et des technologies (DG CONNECT) de la Commission européenne a récemment publié un document de réflexion sur la numérisation, l'employabilité et l'inclusivité (mai 2017). Le rapport traite de l'impact de la transformation numérique sur le marché du travail, en particulier des défis et opportunités de la numérisation pour l'employabilité et l’inclusivité.

Pour le CSEE, la numérisation dans le secteur de l'éducation est la voie à suivre pour améliorer l'éducation et les compétences numériques des étudiants. Elle revêt une importance particulière à la lumière de l’évolution du marché du travail et dans une société qui repose de plus en plus sur les TIC. La transformation des emplois existants met particulièrement en danger les travailleurs peu qualifiés.

Le rapport mentionne la nécessité de renforcer les politiques de formation et d'éducation par la modernisation des systèmes d'éducation en vue d’assurer des compétences qui sont plus adaptées à la croissance de l'économie numérique, spécialement pour aider les personnes durement touchées par les changements dans les milieux de travail. Le CSEE rappelle que pour atteindre des systèmes d'éducation novateurs de haute qualité et adaptés aux besoins des étudiants, l'investissement public est nécessaire, notamment dans la formation continue des enseignants visant à renforcer les aptitudes et compétences numériques pour l'éducation inclusive. Après tout, la croissance économique et l'économie sociale s'appuient sur le développement durable et l'emploi décent.

Le « document de politique du CSEE sur la profession enseignante et l’utilisation des TIC au 21è siècle » adopté lors de la Conférence du CSEE à Belgrade, énonce et réaffirme ce point, ainsi que d’autres aspects du principe d'autonomie professionnelle des enseignants. Il considère en outre l'utilisation des TIC comme une valeur ajoutée à l'enseignement et à l'apprentissage, une utilisation qu’il convient de rendre homogène à des fins éducatives.