Les syndicats de l’enseignement doivent être impliqués dans la conception et la mise en œuvre des programmes de formation initiale et continue des enseignant(e)s ; telle fut la conclusion du premier séminaire régional organisé dans le cadre du projet du CSEE intitulé : « Les syndicats de l’enseignement pour la Profession enseignante. Renforcer la capacité des syndicats de l’enseignement à faire valoir les besoins professionnels de enseignant(e)s à travers le dialogue social ». Ce premier séminaire s’est tenu à Varsovie, en Pologne, les 27 et 28 novembre 2017 et a été organisé avec le soutien de ZNP, syndicat de l’enseignement polonais et partenaire du projet.

Plus de 200 organisations publiques et privées qui travaillent à la promotion des droits de l'enfant et des droits de l'homme, notamment le LCH (Organisation faîtière suisse des associations d'enseignant(e)s et d’enseignants et le SER (Syndicat des enseignants Romands), une organisation membre du CSEE, ont signé l'appel de Dublin initié à l'échelle internationale à la fin avril.

Suite à la grève nationale du 15 novembre 2017 et aux négociations du 17 novembre 2017 avec le Ministère de l'éducation du Portugal représenté par la Secrétaire d'Etat Alexandra Leitão, les organisations membres du CSEE au Portugal, FENPROF (Federaçao Nacional dos Professores) et FNE (Federação Nacional dos Sindicatos da Educação), ont récemment signé une déclaration engageant les autorités et les syndicats de l’éducation à définir la base et le cadre pour négocier le déblocage de la progression de carrière dans l’enseignement et harmoniser le temps de travail du personnel de l'éducation.

Le 24 novembre 2017, à l'occasion de l'audition publique organisée conjointement par le Comité Syndical Européen de l'éducation (CSEE), la Fédération européenne des employeurs de l'éducation (FEEE) et le Comité économique et social européen (CESE) dans le cadre de la deuxième Semaine européenne de la formation professionnelle, environ cinquante représentant(e)s de syndicats nationaux et d’organisations d'employeurs du secteur de l’éducation venu(e)s de toute l'Europe, des membres du Parlement européen, des décideurs politiques, des intervenant(e)s de l'éducation et de l'industrie et des organisations de la société civile se sont réuni(e)s à Bruxelles pour discuter et faire la lumière sur « Le rôle des enseignant(e)s et les directeurs/trices d'école dans l'amélioration du statut de l'EFP ».

À l'occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s (5 octobre 2017), le syndicat espagnol et organisation membre du CSEE FeSP-UGT a lancé sa Campagne Mondiale 2017 « Les enseignant(e)s sont essentiel(le)s », assortie d’un Manifesteet d’une bannière en ligne. La campagne se poursuit tout au long de l'année scolaire dans le but d’autonomiser les enseignant(e)s comme condition préalable à l'enseignement de qualité. Ce mois-ci, en novembre 2017, la campagne du FeSP-UGT  a pour objectif de « combattre le nombre excessif d'heures d'enseignement direct que les enseignant(e)s passent avec leurs élèves ».

Aujourd'hui, les partenaires sociaux européens pour éducation, la FEEE (Fédération européenne des employeurs de l'éducation) et le CSEE (Comité syndical européen pour l'éducation) ont adopté une Déclaration commune sur l’amélioration de l’enseignement et de la formation professionnels  (EFP) en Europe. La Déclaration, adoptée par la réunion plénière du Dialogue social sectoriel européen pour l'éducation (DSSEE), engage les partenaires sociaux européens de l'éducation à contribuer à l’amélioration de l'attractivité et de l'image de l'EFP.