Le 14 mars 2018, les enseignant(e)s de l'enseignement primaire du nord-ouest des Pays-Bas seront en grève, comme précisé par l'AOb. Une grande manifestation aura lieu à Amsterdam, où une longue et bruyante marche se tiendra au cœur de la vieille ville. Selon l'AOb, les Pays-Bas se dirigent vers une pénurie majeure et croissante d'enseignant(e)s pour l'enseignement primaire. La gravité de la situation s’est révélée clairement au cours de la période d’épidémie de grippe. En effet, des centaines d'écoles ont été contraintes de renvoyer des classes entières car personne ne pouvait remplacer les enseignant(e)s malades.

Le 12 janvier 2018, František Dobšík, du Syndicat tchèque et morave des travailleurs/euses de l'éducation (ČMOS PŠ), une organisation membre du CSEE en République tchèque, accompagné du Syndicat de l'enseignement supérieur et universitaire, a assisté à une réunion fructueuse avec le Premier Ministre de la République tchèque, Andrej Babiš, et le Ministre de l'éducation de la République tchèque, Robert Plaga. La discussion a porté principalement sur une demande d'augmentation du financement consacré à l'éducation et la mise en place de réglementations plus appropriées au financement de l'éducation, des sciences et de la recherche dans le pays.

En réponse au thème de la campagne des Nations Unies pour la Journée internationale de la femme 2018 PressforProgress, l'Europe se concentre sur l'avenir en cherchant des moyens d'assurer la présence d’un plus grand nombre de femmes et de filles dans les postes à responsabilités, les médias et les TIC, et de faire progresser l'égalité dans l'ère numérique. Le 8 mars 2018, la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement européen organise une réunion du comité inter-parlementaire pour aborder la thématique des TIC en tant que puissant outil pour promouvoir l'égalité des genres et offrir aux femmes et jeunes filles de nouvelles opportunités, ainsi que des moyens d'expression et de participation.

La formation des enseignant(e)s ne doit pas être définie par les intérêts des employeurs, mais bien par les besoins des enseignant(e)s et sur la base d'un bon équilibre entre la théorie et la pratique ; elle doit par ailleurs mener à la progression de leur carrière et de leurs salaires. Telles sont les conclusions du deuxième séminaire régional du projet du CSEE  « Initiatives des syndicats de l’enseignement en faveur de la profession enseignante : renforcer la capacité des syndicats de l’enseignement pour mieux représenter les besoins professionnels des enseignants au sein du dialogue social » qui a eu lieu à Berlin, en Allemagne, les 5 et 6 mars 2018.

Les 1 et 2 mars 2018, le SONK, une organisation membre du CSEE dans l'Ancienne république yougoslave de Macédoine, a invité la Directrice européenne Susan Flocken à rendre visite à ses leaders régionaux pour discuter des défis auxquels sont confrontés le syndicat et ses filiales aux niveaux national et régional. Parmi les défis les plus urgents figurent le faible niveau de dialogue social efficace, l'augmentation du nombre de jeunes instruit(e)s et formé(e)s quittant le pays pour aller travailler à l'étranger (fuite des cerveaux) ainsi que les récents licenciements d'enseignant(e)s de l’éducation de la petite enfance et leur remplacement par des enseignant(e)s engagé(e)s dans le cadre de contrats à court terme.

Comme précédemment signalé, le University and College Union (UCU), organisation syndicale britannique membre du CSEE, est au centre de la lutte contre la fin de la garantie des régimes de retraite à prestations dans le secteur de l'enseignement supérieur britannique. Suite à la première phase d’action de grève de l'UCU, le syndicat de l'éducation a réussi à forcer l'association des employeurs universitaires à accepter des négociations par l'intermédiaire de l'organe de conciliation et d'arbitrage national (ACAS).