La Commission européenne a récemment publié une nouvelle fiche d'information relative à la lutte contre la radicalisation au travers de l'éducation et de la participation active des jeunes. Cette dernière contient des informations détaillées concernant les initiatives prises par les Etats membres pour lutter contre la radicalisation et celles déployées par l'UE dans ce domaine, notamment au travers des projets financés par le programme Erasmus+.

En lien avec le cadre financier pluriannuel, la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil visant à définir un nouveau programme de l'UE pour les droits et les valeurs 2021-2027 a désormais été présentée. Une part importante du programme sera mise en œuvre par la DG EAC. Cette proposition met en avant les principaux objectifs et priorités suivants pour le nouveau mécanisme de financement - un instrument financier essentiel pour promouvoir les droits humains et la démocratie à travers l'UE :

Le 12 juin 2018, la Cour constitutionnelle a approuvé plusieurs décisions prises par des juridictions de niveau inférieur, sanctionnant certain(e)s enseignant(e)s ayant répondu à l'appel à la grève lancé par l'un des affiliés allemands du CSEE - Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW). En vertu de la législation allemande, les employés(e)s de la fonction publique n'ont pas le droit de faire grève, quelle que soit leur profession. Le GEW a soutenu la plainte de quatre enseignant(e)s du service public, déclarant que l'interdiction générale de faire grève pour les employé(e)s de la fonction publique constitue une violation de l'article 11 de la Convention européenne des droits de l'homme. Il reste à décider si le GEW portera ce dossier devant la Cour européenne des droits de l'homme.

En lien avec le récent « Rapport d'avancement sur la mise en œuvre de l'agenda européen en matière de migration » de l'Union européenne et du résumé de ses Outils de gestion de la crise, la Commission européenne a publié sa proposition de « Règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la création d'un réseau d'officiers de liaison "immigration" ». Cette proposition stipule que, en vertu des autres politiques en matière de migration, les éléments ci-après s'avèrent cohérents...

Dans le cadre des discussions entourant actuellement le contrôle des frontières et, en particulier, à l'occasion du Sommet de l'UE sur la migration organisé ce week-end, la première initiative des citoyen(ne)s européen(ne)s - #WelcomingEurope - se charge de recueillir des signatures pour revendiquer le droit d'aider. Le 20 juin 2018, le Parlement hongrois a voté une série de lois pénalisant les particuliers et les organisations non gouvernementales offrant leur aide aux migrant(e)s nécessiteux/euses.

L'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne a organisé, le 4 juin à Bruxelles, une audition publique portant sur l'abandon scolaire précoce des élèves roms. Le CSEE a participé aux discussions et mis l'accent sur la nécessité de lutter contre l'anti-gitanisme observé dans le discours politique, selon une perspective syndicale et en vue de garantir une éducation de haute qualité pour les enfants roms. Il a également été suggéré d'adopter des mesures pour s'adapter à la diversité des élèves roms et définir des attentes plus ambitieuses basées sur le principe selon lequel l'éducation de qualité doit répondre aux besoins des apprenant(e)s et non exiger de leur part une intégration au système en place.