4663156174 c01e37500b mLes établissements d'enseignement, qui constituent l'environnement de travail des enseignant(e)s et des autres personnels de l'éducation et l'environnement d'apprentissage des jeunes, doivent être sûrs et offrir les meilleures conditions possibles d'enseignement et d'apprentissage. C'est dans ce contexte que le CSEE œuvre à prévenir la discrimination dans le secteur de l'éducation pour des motifs d'origine raciale ou ethnique, de religion ou de conviction, d'âge ou d'orientation sexuelle et de genre. Comme le montrent plusieurs études du CSEE, la discrimination persiste dans tous les aspects de l'emploi, depuis les procédures de recrutement jusqu'à la rémunération et l'évolution de carrière, en particulier en période de récession économique.

Le CSEE et ses organisations membres : Les syndicats d'enseignant(e)s mènent à bien de nombreuses initiatives aux niveaux régional, national et de l'UE pour lutter contre la discrimination et/ou promouvoir la diversité. C'est le cas, par exemple, du projet du CSEE sur la prévention du cyber-harcèlement, qui a abordé plusieurs mesures telles que :

  • la sensibilisation ;
  • la coopération et la négociation avec les employeurs afin d'éliminer la discrimination sur le lieu de travail et de promouvoir l'égalité des chances ;
  • une approche exhaustive de l'école ;
  • le signalement des incidents de cyber-harcèlement ;
  • la formation des enseignant(e)s ;
  • le soutien aux victimes de discrimination ;
  • le contrôle, la documentation et la dénonciation des cas de discrimination sur le lieu de travail.

Au niveau de l'UE, deux directives définissent les orientations en la matière pour les États membres et la Commission européenne : la directive sur l'égalité raciale et la directive-cadre sur l'emploi. En juillet 2008, la Commission européenne a également adopté la communication sur la non-discrimination et l'égalité des chances, qui est liée à la décision de la Commission créant un groupe d'experts gouvernementaux actif dans le domaine de la non-discrimination. La Commission européenne a notamment engagé les actions suivantes pour lutter contre la discrimination :

  • améliorer la connaissance de la discrimination en sensibilisant la population à ses droits et obligations et aux avantages de la diversité ;
  • soutenir les partenaires sociaux, les ONG et les organismes de promotion de l'égalité afin de renforcer leurs capacités à lutter contre la discrimination ;
  • soutenir l'élaboration de politiques de promotion de l'égalité au niveau national et encourager l'échange de bonnes pratiques entre les États membres de l'UE ;
  • contribuer à l'organisation d'activités de formation à la lutte contre la discrimination.

De plus, en réponse aux attaques terroristes en France et au Danemark en janvier et février 2015, les ministres européens de l'éducation ont présenté une Déclaration sur la promotion de l'éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination  qui met en exergue l'importance de l'éducation dans la lutte contre l'intolérance et la discrimination et promeut des actions au niveaux nationaux et au niveau européen.

Dans ce domaine, il importe également de souligner les efforts entrepris en faveur de l'égalité de traitement des Roms, la principale minorité ethnique de l'UE. Les développements récents de la politique en faveur des Roms mettent en évidence la responsabilité conjointe des parties prenantes européennes dans l'amélioration de la vie des citoyens roms de l'UE. Pour développer une éducation de qualité non discriminatoire pour les enfants roms, le CSEE a mené à bien un projet (2004 – 2006), qui a abouti à la rédaction d'un manuel de formation et au document politique sur la contribution du CSEE à la politique antidiscrimination de l'UE : coup de projecteur sur la discrimination fondée sur l'origine ethnique ou raciale.