Il faut des mesures rationnelles et coordonnées

Infos actuelles: 9 mars 2020

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

Plusieurs pays sont aujourd’hui confrontés à une propagation importante du nouveau coronavirus. Les gouvernements et les services de santé se mobilisent pour contenir l’épidémie. Le CSEE appelle les autorités et les établissements scolaires à faire preuve de transparence et à veiller à la bonne diffusion des informations, afin de permettre aux employé·e·s de l’éducation d’assurer leur protection et celle de leurs élèves. Les écoles et les établissements scolaires doivent prendre les mesures qui s’imposent, y compris fermer leurs portes, tout en évitant le traitement inéquitable des travailleur·euse·s ou les perturbations excessives dans le secteur de l’éducation.

Le nouveau coronavirus s’est propagé à une vitesse inquiétante dans le monde depuis sa découverte en décembre 2019. Si la plupart des personnes infectées par le COVID-19 ne présentent que des symptômes bénins de type grippal, tels que fièvre, toux ou difficultés respiratoires, les conséquences peuvent être plus graves, voire mortelles, pour les populations vulnérables. En raison de la nature hautement contagieuse du COVID-19, plusieurs écoles et établissements scolaires ont fait l’objet de mesures de confinement spécifiques dans certains pays, notamment la fermeture complète de plusieurs d’entre elles ou de certains systèmes éducatifs. A l’heure des retours de vacances pour la plupart d’entre nous, les établissements scolaires peuvent effectivement se transformer en foyers de contagion majeurs de la maladie.

La sécurité des établissements scolaires, de leur personnel et des élèves doit être une priorité absolue. Le CSEE demande aux autorités et à la direction des établissements scolaires de prendre des mesures préventives, en toute transparence et en coopération avec les autorités, les spécialistes de la santé et de la sécurité et les représentants des travailleur·euse·s. Il importe de tenir compte du point de vue des employé·e·s de l’éducation pour introduire des mesures concrètes dans leur vie professionnelle quotidienne particulièrement chargée, notamment en raison des classes surnuméraires et de leurs contacts rapprochés avec les jeunes enfants. Il importe de communiquer en permanence des informations précises au personnel concernant les recommandations sanitaires, tandis que les autorités doivent régulièrement faire le bilan de la situation.

Toutes les mesures doivent également être proportionnées et mises en œuvre équitablement. Si, en dernier recours, une fermeture, une quarantaine ou un confinement s’impose, tout membre du personnel à qui il a été demandé de rester à la maison doit continuer à percevoir l’intégralité de son salaire dès le premier jour. Les syndicats n’accepteront tout simplement pas que le personnel soit forcé de prendre un congé sans solde pour avoir fait prévaloir la santé et la sécurité de leurs élèves. S’il devenait obligatoire de travailler à domicile ou de communiquer avec les parents et les élèves en ligne, le personnel devrait alors recevoir les conseils et le matériel lui permettant d’exercer sa profession dans le respect de ses conditions d’emploi et de travail. Par ailleurs, tout doit être mis en œuvre pour faciliter les procédures administratives pour le personnel invité à rester à la maison. En cette période d’incertitude, il faut éviter au personnel de l’éducation tout stress inutile, ainsi qu’aux élèves, aux parents, et à la communauté scolaire en général.

Susan Flocken, directrice européenne du CSEE, a déclaré : « En Europe, les systèmes éducatifs et leur personnel entrent en territoire inconnu à la suite de l’épidémie de coronavirus. Un grand nombre d’informations parfois contradictoires circulent. Il est, par conséquent, indispensable que les gouvernements apportent des réponses coordonnées et cohérentes. Nous ne devons pas céder à la panique, mais nous ne pouvons pas non plus nous permettre de sous-évaluer la gravité du problème. En tant que fédération syndicale de l’éducation, représentant des millions d’enseignant·e·s et d’employé·e·s de l’éducation en Europe, notre revendication majeure est de faire en sorte que les gouvernements et les autorités locales accordent la priorité à la santé et à la sécurité du personnel de l’éducation et des élèves. Par ailleurs, toutes les mesures doivent être appliquées équitablement, afin d’éviter que le personnel soit confronté à des difficultés financières ou administratives, à la suite des décisions publiques qui sont prises pour protéger notre bien-être collectif. »

Le CSEE continue à surveiller étroitement la situation. Les organisations affiliées au niveau national accomplissent un excellent travail d’information de leurs membres, en leur fournissant des recommandations concernant les procédures en matière de santé et de sécurité pour assurer leur protection et celle de leurs élèves.

Pour de plus amples informations concernant l’évolution du coronavirus et les recommandations officielles en matière de santé et de sécurité concernant les mesures de prévention, veuillez consulter le site de l’Organisation mondiale de la santé.