Les syndicats hongrois protestent contre le projet du gouvernement visant à forcer le personnel enseignant à quitter le cadre des contrats du secteur public alors que la crise du COVID-19 fait rage

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

Malgré le confinement dû au COVID-19 et ses graves conséquences pour l'économie et le marché du travail, le gouvernement hongrois persévère dans sa volonté d’imposer une libéralisation déstabilisante de l'enseignement professionnel et technique. Plus de 30.000 enseignant·e·s de ces secteurs perdront leur statut d'employé·e·s du secteur public. Le gouvernement a maintenant annoncé des plans similaires pour que les travailleur·euse·s des institutions culturelles telles que les musées et les bibliothèques perdent leur statut de service public.

La Hongrie devrait connaître une énorme augmentation du chômage. Avec des centaines de milliers de personnes ayant besoin d'aide pour trouver un nouvel emploi, l'enseignement et la formation professionnels (EFP) auront un rôle essentiel à jouer. Des institutions publiques stables d’EFP seront particulièrement nécessaires, car la capacité du pays en matière de formation et d’apprentissage sur le lieu de travail souffrirait en cas d’effondrement du secteur privé. Dans ce contexte, l'organisation membre du CSEE, le SEH, insiste sur le fait «qu'il serait bon de renforcer le réseau des écoles publiques».

Parallèlement, le gouvernement n'a donné au PDSZ qu'un préavis de trois jours, durant le week-end de Pâques, avant d'annoncer son intention d'imposer un changement similaire aux travailleur·euse·s des institutions culturelles. Les travailleur·euse·s des archives, des bibliothèques publiques, des musées et des organisations des arts du spectacle perdront leur statut d'employé·e·s du secteur public et recevront, selon le PDSZ, des contrats plus précaires en vertu du code général du travail. L'organisation membre du CSEE, le PDSZ, déclare «qu'il est primordial de bloquer cette proposition» et appelle au soutien du mouvement syndical international.

Dans le secteur de l'enseignement général en Hongrie, les écoles restent fermées. Les syndicats de l'éducation sont en consultation avec le gouvernement dans l'espoir d'élaborer des plans qui permettront aux étudiant·e·s de terminer l'année académique et de passer des examens. Cependant, toute réouverture doit se faire dans le plus grand respect de la santé et de la sécurité, et les autorités doivent prendre des mesures pour garantir des chances équitables à tou·te·s si les examens ont finalement lieu.

Image by Jo Stolp from Pixabay