Réouverture des écoles aux Pays-Bas: l'organisation membre du CSEE, l’AOb, exige des tests plus rapides et de meilleures mesures de santé et de sécurité pour protéger le personnel et les étudiant·e·s et garder les écoles ouvertes

Informations actuelles: 15 septembre 2020

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

Alors que les écoles à travers l'Europe rouvrent après les vacances d'été et les fermetures décidées au plus fort de l'épidémie de COVID-19, les syndicats de l'éducation à travers le continent s'efforcent de soutenir leurs affiliés et de plaider pour un retour à l'école sûr et sain. Aux Pays-Bas, où les écoles ont rouvert à leur pleine capacité, on signale que 90% du personnel des écoles secondaires craignent une infection. L’organisation membre du CSEE, l’AOb, travaille sans relâche pour plaider en faveur de mesures de protection fortes garantissant la sécurité du personnel et des étudiant·e·s.

Aux Pays-Bas, malgré l'énorme résilience du personnel de l'éducation pendant la pandémie et ses efforts pour innover et s'adapter afin de rendre l'éducation en ligne possible, il était évident que l'éducation en ligne devrait rester exceptionnelle et qu’elle ne devait pas se substituer à l'interaction traditionnelle en face à face dans les salles de classe. Notre organisation membre aux Pays-Bas, l’AOb, soutient l'objectif de garder les écoles ouvertes, un sentiment partagé par les enseignant·e·s puisque 86% de celles et ceux qui appartiennent à un groupe à risque sont retournés à l'école. Il souligne néanmoins que davantage de mesures devraient être mises en place pour protéger les enfants et le personnel et maintenir les écoles ouvertes. Une récente enquête menée auprès des affiliés de l'AOb met en évidence que 74% des répondant·e·s ont trouvé qu'il était impossible de maintenir les distances sociales au sein de leur école, tandis que 17% des écoles ont connu des cas de COVID-19. Ce nombre alarmant peut s'expliquer par des mesures de santé et de sécurité inadéquates: l’AOb dénonce en effet la difficulté de bien aérer les salles de classe et d'assurer la sécurité de tou·te·s, ainsi que les faibles capacités de testing. L’AOb demande également que le personnel enseignant bénéficie d’un accès prioritaire aux tests, afin de limiter l’absence d’enseignant·e·s qui attendent de longues périodes pour recevoir les tests et les résultats des tests, alors que le pays est déjà confronté à une pénurie d’enseignant·e·s.

La réouverture des écoles est un exercice périlleux, permettant d'une part un retour à une certaine normalité pour les étudiant·e·s et l'ensemble de la communauté scolaire, mais mettant potentiellement en danger, d'autre part, la santé et la sécurité du personnel scolaire, des élèves et des familles et faisant courir le risque d’un pic d'infections au COVID-19, sans mesures de santé et de sécurité suffisantes. Tout au long de cette crise, nous avons appelé, comme le souligne notre déclaration La voie de la reprise après la crise du COVID-19, à des mesures de santé et de sécurité fondées sur des avis d’expert·e·s, responsables et adéquates, conçues en consultation avec le personnel de l'éducation et ses représentant·e·s.

Se tournant vers l'avenir, le CSEE continue de se tenir aux côtés de ses organisations membres dans leurs efforts pour faciliter la reprise du secteur de l'éducation et défendre des écoles saines, sûres et inclusives.