France: les syndicats de l'enseignement sont prêts à faire grève pour des salaires décents et des environnements d'apprentissage de qualité

Informations actuelles: 14 janvier 2020

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

© SNES-FSU

Les enseignant·e·s et les autres personnels de l'éducation à travers l'Europe ont fait preuve d'un engagement sans faille et ont maintenu la cohésion du système éducatif tout au long de la crise du COVID-19. Le gouvernement français n'a pas mis en œuvre les revendications des syndicats de l’enseignement, poussant la plupart d'entre eux à appeler à une grève nationale le 26 janvier 2021.  

Malgré l’annonce par le ministère de l’Education nationale d’une «revalorisation historique des salaires», le budget de l’éducation 2021 ne prévoit pas d’augmentation de salaire pour 70% du personnel éducatif et ne propose pas d’aide à l’éducation spécialisée. Les organisations membres du CSEE en France soulignent également son incapacité à compenser des années de réelle stagnation ou diminution des salaires. 

Les syndicats de l’enseignement dénoncent le manque de préparation du gouvernement pendant la crise sanitaire. Depuis la réouverture des écoles après les vacances d'hiver, aucune mesure spécifique n'a été mise en place pour garantir la sécurité de toutes et tous dans les écoles. Les organisations membres du CSEE regrettent que peu d'écoles aient mis en place des programmes de tests de masse et dénoncent l'impraticabilité de l'aération des salles de classe par temps froid. 

En outre, les syndicats de l’enseignement demandent des éclaircissements au sujet du plan de vaccination du gouvernement et exigent que les enseignant·e·s aient un accès prioritaire au vaccin, après celles et ceux qui sont le plus à risque dans la population et les agent·e·s de santé. Alors que le secteur de l'éducation est confronté à une crise frappant toute une génération, une coalition de syndicats de l'éducation a appelé à une grève le 26 janvier 2021. 

Commentant ces développements, la Directrice européenne du CSEE, Susan Flocken, a déclaré: «Nous soutenons fermement nos organisations membres en France dans leurs actions pour améliorer les conditions de travail et protéger les droits et le bien-être des enseignant·e·s et des autres personnels de l'éducation à travers le pays. Il est clair que l'enseignement hybride a conduit à une augmentation de la charge de travail des enseignant·e·s et à un renforcement des inégalités entre les enseignant·e·s et qu’il a eu un impact négatif sur la qualité de l'enseignement. L'embauche de personnels éducatifs supplémentaires pour réduire la taille des classes, comme l'exigent les syndicats de l'enseignement, et l'amélioration des mesures de santé et de sécurité dans les écoles restent les solutions à préconiser pour la reprise du système éducatif après cette crise et ces mesures devraient être mises en œuvre par les gouvernements. Cela nécessite un investissement public accru et soutenu dans l'éducation.» 

Pour l'avenir, et alors que l'Europe subit une nouvelle vague d'infections au COVID-19, le CSEE réaffirme son soutien à ses organisations membres, travaillant sans relâche pour assurer une éducation sûre, de qualité et inclusive. Alors que nous continuons à mener le combat face à cette crise, le CSEE appelle les gouvernements à lutter pour une reprise saine et inclusive, en accordant la priorité au secteur de l'éducation, comme indiqué dans la déclaration du CSEE La voie de la reprise après la crise du COVID-19