Alors que l'Europe prévoit de sortir du confinement dû au COVID-19, les dirigeant·e·s doivent écouter le personnel éducatif et ses syndicats

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

La pandémie de COVID-19 est loin d'être terminée, mais plusieurs pays européens prennent des mesures prudentes pour mettre fin au confinement. L'UE tente d'offrir un cadre à ces stratégies de sortie, la Commission et le Conseil publiant une feuille de route commune. Le CSEE salue la tentative de soutenir un déconfinement coordonné. Cependant, aucune réouverture ne doit créer de nouveaux foyers et des mesures doivent être prises en consultation avec le personnel éducatif et les syndicats.

Le 15 avril, la Présidente de la Commission européenne et le Président du Conseil européen ont lancé une  Feuille de route européenne commune pour la levée des mesures visant à contenir la propagation de la COVID-19. Ce document définit un cadre général que les États membres de l'UE sont invités à suivre lors de l'élaboration de leurs stratégies de sortie.

Les établissements d'enseignement et leur personnel ont été gravement touchés par cette crise, et la réouverture ne sera pas un processus simple. Il est important de trouver des solutions qui protègent une éducation publique de qualité et qui soient équitables pour les étudiant·e·s, les enseignant·e·s et les autres personnels de l'éducation. Dans cette optique, le CSEE a envoyé une lettre à la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, offrant le point de vue des syndicats de l'éducation sur la fin progressive du confinement et des fermetures. Nous avons soulevé cinq points cruciaux qui doivent être pris en considération dans les débats sur la réouverture des systèmes éducatifs:

  • Toutes les mesures relatives à la réouverture progressive des jardins d'enfants, des écoles, des établissements d'enseignement et de formation professionnels et des universités devraient être introduites sur la base de consultations régulières avec les partenaires sociaux de l'éducation à tous les niveaux.
  • En cas de réouverture progressive des établissements d'enseignement, des mesures de santé et de sécurité appropriées et complètes doivent être mises en œuvre au profit du personnel éducatif, des élèves et de l'ensemble de la communauté éducative, et des ressources adéquates doivent être allouées aux établissements d'enseignement pour les mettre en œuvre. Au niveau national, aucune décision hâtive de rouvrir les établissements d'enseignement ne devrait être prise sans consultation préalable des partenaires sociaux.
  • La poursuite des mesures d'enseignement à distance doit comprendre une évaluation solide et une réflexion approfondie sur les défis actuels auxquels est confrontée la profession enseignante travaillant à distance. Une attention accrue devrait être accordée à l'inégalité d'accès aux équipements d'enseignement et d'apprentissage à distance et aux difficultés liées à l'organisation des cours en dehors du cadre traditionnel et à leur impact sur la qualité de l'enseignement et la charge de travail du personnel enseignant.
  • Dans de nombreux pays, l'année scolaire/académique traditionnelle a été fortement perturbée, avec des conséquences, entre autres, sur les programmes, les évaluations et les examens de fin d'année. Il est primordial que la profession enseignante soit consultée de manière significative et régulière sur les manières de remédier à ces perturbations, afin de garantir que la réponse est à la fois adéquate et cohérente.
  • Les droits du personnel éducatif doivent être respectés à tout moment, concernant, par exemple, la charge de travail, le temps de travail, les salaires et les pensions. Compte tenu de la grave pénurie d'enseignante·s, à laquelle de nombreux pays européens étaient déjà confrontés avant la crise actuelle, la réouverture des établissements d'enseignement doit prouver que l'importante contribution professionnelle du personnel éducatif pendant et après cette crise est reconnue et valoriser la coopération avec les professionnel·le·s de l'enseignement et leurs syndicats afin de maintenir des lieux de travail sûrs et de qualité et conserver un personnel enseignant de qualité dans la profession.

Le CSEE attend une réponse de la Commission européenne. Nous appelons les chefs d'État et les ministres de l'Education à tenir compte de ces points fondamentaux dans leurs projets de stratégie de sortie. Les organisations membres utilisent également cette lettre dans leur propre plaidoyer auprès des gouvernements et des autorités éducatives au niveau national.

Image par Tim Dennell on Flickr utilisé sous CC BY-NC 2.0.