GenderEquPROJECT 2

Description

Les récents changements socio-économiques en Europe, la diffusion rapide de la technologie numérique et les migrations ont un impact significatif sur l'égalité des sexes. Cependant, des études du CSEE révèlent que moins de 40% des syndicats d’enseignants traitent de l'effet sexospécifique de la crise économique et abordent les questions d'égalité des sexes dans le dialogue social. Pour répondre à ces constats, le CSEE a lancé le projet «Dialogue social et égalité des sexes: autonomiser les syndicats d’enseignants pour aborder l'égalité des sexes dans la profession enseignante à travers le dialogue social», qui vise à fournir aux syndicats des outils et des pratiques concrets pour répondre aux défis posés par l'inégalité des genres grâce à un dialogue social renforcé dans le secteur de l'éducation aux niveaux national, régional et local. Ce projet de deux ans (décembre 2017- novembre 2019) poursuit le travail accompli par le CSEE et ses organisations membres dans ce domaine et vise à actualiser le Plan d'action du CSEE sur l'égalité des genres (2010) tout en promouvant des mesures concrètes pour sa mise en œuvre aux niveaux national et local.

Activitiés

Recherche

Le Secrétariat du CSEE mènera une enquête en ligne auprès de ses organisations membres, combinée à une recherche documentaire basée sur les études du CSEE, de l'EIGE et d'autres organisations sur l'égalité des sexes dans la profession enseignante pour

  • identifier les résultats nationaux liés à la ségrégation professionnelle dans la profession enseignante, avec un accent particulier sur la ségrégation sectorielle (par exemple la féminisation de l'éducation préscolaire et la masculinisation de l'enseignement supérieur), l'équilibre travail-vie de famille, le développement de carrière et la reconnaissance, les écarts de rémunération et de pension entre les sexes, et l'inégalité entre les sexes dans les instances de décision;
  • identifier et analyser les manières dont les syndicats de l'éducation abordent l'égalité des genres dans le dialogue social;
  • recueillir les bonnes pratiques des syndicats pour lutter contre l'inégalité entre les sexes dans le secteur de l'éducation à travers différentes formes de dialogue social;

Les résultats préliminaires de l’étude montrent que même si l’enseignement est une profession extrêmement sexiste, seuls 60% des syndicats de l’éducation possèdent un service ou des personnes spécifiquement en charge des questions d’égalité des sexes. La comparaison des tendances entre les enquêtes de 2009, 2014 et 2018 montre que l'importance et l'utilisation de divers mécanismes de mise en œuvre de politiques d'égalité de genre dans les syndicats de l'éducation ont diminué au cours de la décennie, et ce pour tous les types de mécanismes de mise en œuvre inclus dans les enquêtes. En outre, l’égalité entre les sexes est un sujet qui n’est presque pas abordé dans le dialogue social: 12% seulement des mesures mentionnées dans l’enquête résultaient de négociations collectives entre les employeurs de l’éducation et les organisations syndicales.

Ateliers de formation

Trois ateliers de formation sont prévus dont les objectifs sont de:

  • partager les bonnes pratiques de lutte contre l'inégalité entre les sexes dans le secteur de l'éducation à travers différents instruments de dialogue social et acquérir des connaissances et des compétences;
  • débattre des résultats de l'enquête en ligne et enrichir le rapport de recherche avec des cas spécifiques dans différents pays;
  • recueillir des recommandations pour le Plan d'action du CSEE sur l'égalité des sexes
Atelier de formation à Rome

rome2019 2L'atelier de formation d'une journée et demie qui s'est tenu à Rome (Italie) les 14 et 15 janvier 2019 a réuni 45 représentants d'organisations membres du CSEE dans les pays suivants Albanie, Croatie, Chypre, France, Grèce, Italie, Lituanie, Malte, Slovénie et Turquie. Ils ont eu  la possibilité de discuter avec des collègues syndicalistes de sujets d'actualité tels que la ségrégation horizontale et verticale dans le secteur de l'éducation, les défis liés à l'équilibre entre travail et vie privée, l'écart de rémunération entre hommes et femmes dans la profession enseignante et la violence sexiste sur le lieu de travail au moyen de discussions en groupe, de présentations, de groupes de travail et d’exercices pratiques. Les participants ont partagé des exemples d'actions entreprises au sein de leurs syndicats respectifs pour remédier à ces difficultés, par exemple la création d'un département de l'égalité des sexes au sein des syndicats. Anne Bergheim Nègre, vice-présidente chargée de l'égalité à la Conférence des OING du Conseil de l'Europe, a donné un aperçu des mécanismes utilisés par le Conseil de l'Europe pour s'attaquer à des problèmes tels que la violence sexiste et la sous-représentation des femmes aux postes de décision.

Rapport - document d'information – Présentations (General Presentation - A Negre - BUPL - EGITIM SEN - OELMEK - MUT - SPASH - UIL Scuola - KTOS - S Liuti - FeSP UGT) - Photos

Atelier de formation organisé à Vilnius

vilnius3Lors de l’atelier de formation d’une journée et demie organisé les 25 et 26 février 2019 à Vilnius, en Lituanie, plus de 30 participant(e)s, représentant la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, l’Estonie, la France, la Lettonie, la Lituanie, le Monténégro, la Pologne, la Roumanie et la Serbie, ont eu l’occasion, dans le cadre de différents débats, présentations, groupes de travail et exercices pratiques, de discuter entre collègues de plusieurs problématiques liées à l’égalité des genres, telles que la ségrégation horizontale et verticale dans le secteur de l’éducation, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les écarts en termes de salaire et de pension au sein de la profession enseignante et de la violence fondée sur le genre. Les participant(e)s ont présenté des exemples d’actions menées au sein de leurs organisations syndicales pour lutter contre les inégalités entre les hommes et les femmes, au travers de l’utilisation des instruments du dialogue social (création au sein des syndicats d’un département en charge des questions d’égalité des genres, organisation de campagnes et de programmes de formation, présentation de propositions de loi et négociation de conventions collectives prévoyant des dispositions relatives à l’égalité des genres au sein du secteur de l’éducation). Virginija Langbakk, Directrice de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE), a indiqué aux participant(e)s que son institut menait un large éventail d’études sur l’égalité des genres, la présence des femmes dans des domaines tels que les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (disciplines STEM), l’apprentissage tout au long de la vie et la formation des enseignant(e)s.

Le troisième et dernier séminaire sera organisé à Munich les 27 et 28 mars 2019 en amont de la conférence finale du projet, prévue à Bucarest les 16 et 17 septembre 2019.

Rapport - Document d'information – Présentations (General Presentation - Background Research - LIZDA - EEPU - SEB - FSLI - SKOiW Solidarnosc - SNES-FSU - UNIVERSITAS) -  Photos

Conférence de clôture

Une conférence de clôture de deux jours à l'intention des syndicats de l'éducation et d'autres acteurs européens de l'éducation doit être organisée. Les principales activités de la conférence comprennent:

  • une discussion sur les résultats des activités du projet, y compris le rapport de  recherche final et la base de données en ligne des bonnes pratiques identifiées dans le sondage et les ateliers;          
  • une discussion sur le sujet du projet avec les parties prenantes européennes;          
  • des groupes de travail thématiques pour discuter et valider un nouveau Plan d'action du CSEE sur l'égalité des genres.
Plan d’action du CSEE sur l’Egalité des genres

Le projet vise à actualiser l’actuel Plan d’action du CSEE sur l’égalité des genres (2010) afin de mieux soutenir les organisations membres du CSEE dans la promotion de l'égalité des genres au sein des syndicats et de la profession enseignante dans le but de fournir des mesures concrètes pour garantir  la présence de l’égalité des genres dans l'élaboration des politiques au niveau national et local.

Base de données en ligne des meilleures pratiques des syndicats de l’éducation

Une base de données en ligne sur les bonnes pratiques des syndicats de l'éducation en matière d'atténuation de la ségrégation entre les sexes et d'amélioration de l'égalité des sexes dans la profession enseignante utilisant les instruments du dialogue social doit être lancée. Cette base de données soutiendra les syndicats de l'éducation en tant que source d'inspiration pour la mise en œuvre du plan d'action aux niveaux national et régional. Elle servira également de manuel pratique proposant des outils et des arguments ayant fait leurs preuves pour la promotion de l'égalité des sexes dans la profession enseignante et dans les syndicats.

Groupe consultatif

Le projet est dirigé par un groupe consultatif qui soutient les activités du projet grâce à son  expertise et ses connaissances. Six représentants des syndicats de l'éducation sont membres du groupe:

Rosella Benedetti, UIL-Scuola, Italie

Alexandra Cornea, FSLE, Roumanie

Ute FOIT, VBE, Allemagne

Gabriella Tønnesen, BUPL, Danemark

Alexandra Bojanic, SNUIPP, France

Inga Puisa, FLESTU, Lituanie

UILFSLI LOGO JPGVBE LogobuplFLESTU logosnuipp

 

EU flagCe projet est réalisé avec le soutien de la Commission européenne