Le 27 septembre 2016, la FEEE et le CSEE ont invité les syndicats serbes de l’enseignement et le ministère en charge du développement de l’éducation, de la science et de la technologie à participer à la dernière table ronde organisée dans le cadre du projet Dialogue social sectoriel européen pour l’éducation (DSSEE) - Développement des capacités II. Le syndicat serbe de l’enseignement (TUS), le syndicat de l’enseignement Nezavisnost (NTTU), le syndicat du personnel de l’éducation et le représentant du ministère serbe de l’éducation se sont assis autour de la table pour discuter des questions les plus urgentes concernant l’éducation en Serbie et examiner les moyens d’engager un dialogue social efficace. Cette table ronde constructive était soutenue par les partenaires sociaux de l’éducation de Slovénie, qui ont eu l’occasion de partager leurs expériences nationales, et par les représentant(e)s du CSEE et de la FEEE.

Cette dernière réunion extrêmement productive a été perçue par les participant(e)s comme une première étape vers la restauration d’un dialogue social efficace et autonome pour l’éducation.

Le CSEE et la FEEE ont pu recueillir des informations importantes concernant la situation du dialogue social en Serbie, ses principaux défis, le financement de l’éducation et les conditions de travail des enseignant(e)s. Plusieurs propositions visant à améliorer le dialogue social national ont été mises sur la table. M. Marinčić, représentant le ministère de l’Education, a pris notes des conditions de travail actuelle des enseignant(e)s, de leurs salaires, de leurs opportunités en matière de développement professionnel et du travail du syndicat. Les deux délégations ont reconnu qu’une réduction drastique de l’investissement dans l’éducation risquerait de nuire à la qualité de l’éducation publique dans le pays. La Serbie étant candidate à l’adhésion, les participant(e)s ont évoqué le processus de négociation entre le pays et l’Union européenne. Des informations leur ont été communiquées concernant le dialogue social européen de l’éducation, ses résultats et son processus.

Sandi Modrjian, représentant le syndicat slovène de l’enseignement, de la science et de la culture (ESTUS) et Barbara Novinec, Présidente de l’Association nationale des directeurs/trices d’établissement d’éducation préprimaire de Slovénie, ont présenté un résumé des principaux défis auxquels leurs organisations sont confrontées en Slovénie concernant le dialogue social, les réformes de l’éducation et de la formation, les déficits en matière d’investissement résultant des contraintes budgétaires rigoureuses imposées par le Semestre européen et la négociation collective. L’exemple slovène a offert une bonne base de discussion et d’échange à la délégation syndicale serbe de l’enseignement et à l’organisation des employeurs.

En guise de clôture de la table ronde, M. Marinčić a expliqué que le ministère de l’Education se montrait particulièrement intéressé par la création d’un cadre institutionnel plus efficace pour le dialogue social en Serbie. Il a invité les syndicats de l’enseignement à se revoir très prochainement pour organiser une réunion préparatoire destinée à jeter les bases d’un dialogue social efficace et autonome. Valentina Ilic, Présidente du TUS a salué cette invitation du ministère à redynamiser le dialogue social en Serbie et s’est déclarée disposée à échanger des points de vue sur les moyens de l’organiser plus efficacement. Elle a souligné l’importance des leçons tirées du passé, rappelant que la confiance mutuelle et les bonnes intentions demeurent des facteurs essentiels pour réussir. Enfin, elle s’est engagée à poursuivre la coopération entre les syndicats de l’enseignement serbes.