Les participants au Congrès annuel du University and College Union (UCU) à Brighton, ont consacré trois jours en mai à diverses discussions sur de nombreuses questions importantes concernant l'enseignement supérieur et complémentaire, les politiques éducatives nationales, mais aussi l'égalité, la libre circulation, le changement climatique, et bien sûr, l'avenir des syndicats de l’éducation et la diminution du nombre d’affiliés. Les syndicalistes ont également appelé à faire campagne contre la répression visant les enseignants en milieux universitaires, les journalistes et les acteurs politiques en Turquie et commenté les élections françaises en mettant en garde contre la montée du racisme et l'islamophobie en Europe. Dans l'une des motions, l'UCU a condamné l'attaque contre l’Université d'Europe centrale au travers de la législation adoptée par le gouvernement hongrois.

Le Congrès s’est montré plutôt critique du gouvernement britannique en matière d'éducation et a fait remarquer une augmentation significative des frais d’inscription, des coupes de 50 % dans le budget de l'éducation des adultes, l'introduction du cadre Enseignement d’excellence, et d'autres preuves de la privatisation dans l'enseignement supérieur et complémentaire. En plus d’une augmentation de l'investissement public dans l'éducation, les participants ont demandé d'élargir le système d'apprentissage au Royaume-Uni et d’assurer la liberté académique.

Concernant l’avenir des syndicats de l’éducation, Sally Hunt, Secrétaire générale de l'UCU, a déclaré : « Notre tâche est de transformer le syndicat, de renforcer les capacités et d’assurer les résultats pour les membres de faire de l’affiliation syndicale la norme plutôt que l'exception. »

Pour en savoir plus sur le Congrès de l’UCU, cliquez ici.