Les syndicats irlandais de l'éducation exigent l'annulation des 33 heures supplémentaires par an que doivent travailler les enseignants, ainsi que la suppression de la taxe sur les pensions des employés de la fonction publique entrée en vigueur en 2009 et correspondant à la première diminution salariale appliquée dans le secteur depuis le début de la crise.

Ils jugent cette taxe inéquitable, dans la mesure où le personnel du secteur privé n'y est pas soumis. En 2011 et 2012, le gouvernement irlandais a également raboté de 10 % le salaire des enseignants en début de carrière et supprimé les avantages habituellement octroyés aux enseignants possédant des qualifications spécifiques. Les organisations membres du CSEE représentant le personnel enseignant du primaire et du secondaire en Irlande (ASTI, INTO et TUI) considèrent que de telles mesures déforcent le statut de la profession enseignante et des services publics en général, en rendant la profession moins attrayante aux yeux de la jeune génération. A l'occasion de sa Conférence réunie à Wexford, le syndicat irlandais TUI (Teachers' Union of Ireland) a voté la décision de mener une grève si les écarts salariaux entre employés de longue date et nouvelles recrues n'étaient pas supprimés. « Les rémunérations des employés de la fonction publique ne doivent en aucun cas être moins attractives que celles offertes dans d'autres secteurs de notre économie, sans quoi nous risquons d'assister à une nouvelle mise à l'écart des services publics, qui rendra plus difficile encore d'attirer des effectifs compétents au sein de l'enseignement (...), comme c'est déjà le cas actuellement », a déclaré Pat King, Secrétaire général de l'ASTI, l'association des enseignants du secondaire en Irlande, à l'occasion de sa Convention à Killarney.

L'Irish National Teachers' Organisation (INTO), elle aussi favorable à la restauration de l'ancienne échelle salariale commune à tous les enseignants et à la réinstauration des avantages accordés aux nouveaux enseignants détenteurs de qualifications spécifiques, exige le paiement intégral des augmentations salariales décidées dans le cadre de l'accord de partenariat social signé avant 2011.

Le gouvernement irlandais envisage d'entamer les pourparlers concernant les salaires avec les syndicats de la fonction publique au mois de mai prochain.

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur les sites de nos organisations membres : ASTI, TUI, INTO