Du 14 au 17 avril 2015, 38 experts en EFP (Éducation et formation professionnels), affilié(e)s à des organisations membres du CSEE et issus de 32 pays européens, se sont réunis à Barcelone pour une formation intitulée « Améliorer les compétences des enseignants et formateurs EFP ».  Pour la 5e année consécutive, nous avons tenu ce séminaire de formation conjoint à l'attention les experts EFP des syndicats d'enseignants nationaux, avec la collaboration de l'ETUI (Institut syndical européen) et le soutien financier de la Commission européenne.

Cette formation était axée sur les défis principaux auxquels doivent faire face les enseignants et les formateurs en vue de garantir des systèmes d'EFP et d'apprentissage de qualité. Les experts EFP ont eu l'occasion d'apprendre et de discuter de la manière la plus adéquate de fournir aux étudiants des connaissances utiles dans le cadre d'un apprentissage professionnel, de perfectionner les compétences et de négocier de nouvelles conditions pour les enseignants et les formateurs dans l'EFP.

Le Comité syndical européen de l'éducation (CSEE) ainsi que bon nombre de ses organisations membres se sont engagés en faveur de l'Alliance européenne pour l'apprentissage (AOb, Pays-Bas; GEW - Allemagne; LPSK et FLESTU, Lithuanie; Malta Union of Teachers, Malte ; NSZZ Solidarnosc, Pologne ; NASUWT, The Teachers' Union, Royaume-Uni;  UNSA-Education, France).

Le CSEE et les autres organisations engagées, telles que NASUWT et AoB, ont encouragé les autres organisations membres à s'engager formellement en faveur des objectifs poursuivis par l'Alliance européenne pour l'apprentissage, et de les adapter à leurs contextes nationaux respectifs. Les syndicats s'étant déjà formellement engagés s'accordent à dire que cet engagement constitue un bon outil pour l'amélioration des initiatives et de la coopération entre partenaires sociaux, ainsi qu'avec les gouvernements et les autorités locales.

Martin Rømer, Directeur européen du CSEE, a souligné l'importance du perfectionnement professionnel continu pour les enseignants et les formateurs de l'EFP. Par ailleurs, l'EFP devrait être accessible à tous les apprenants ; pour ce faire, il doit jouir d'une meilleure reconnaissance et d'un meilleur statut au sein de la société. Il est grand temps que les gouvernements et les entreprises réalisent qu'il est essentiel de garantir le financement et les ressources allouées à la formation initiale des enseignants de l'EFP et des formateurs en entreprise, en vue d'un perfectionnement professionnel continu.

Sigve Bjorstad de la Commission européenne a expliqué que les pays caractérisés par des systèmes d'EFP bien organisés souffraient moins de taux de chômage élevés, c'est pourquoi elle a encouragé les syndicats à s'engager en faveur des objectifs poursuivis par l'Alliance européenne pour l'apprentissage, afin d'améliorer l'apprentissage professionnel des étudiants de l'EFP en perfectionnant l'enseignement et la formation.

Maria Todorova, représentante de la Commission européenne a, quant à elle, souligné que les enseignants et les formateurs de l'EFP étaient au cœur de tout système d'EFP ou de formation en alternance fructueux. Elle a également présenté le « European Commission Guiding principles on professional development of trainers in vocational education and training (2014) » (Lignes directrices pour le perfectionnement professionnel des formateurs dans l'enseignement et la formation professionnels). Les participants se sont accordés à dire que les formateurs et les enseignants de l'EFP jouaient un rôle central dans la création de relations avec des entreprises pour garantir l'apprentissage des étudiants, les aider à développer les compétences exigées par le marché de l'emploi et leur fournir des connaissances qui leur serviront tout au long de leur vie professionnelle.

Les participants ont ensuite eu l'opportunité de visiter les usines Nescafé et DolceGusto de Nestlé, à Gironne (Catalogne), où un système d'apprentissage en alternance fructueux a été introduit en 2014. L'entreprise Nestlé, qui s'est engagée en faveur de l'Alliance européenne pour l'apprentissage, est parvenue à mettre en place une coopération efficace avec les établissement d'EFP , permettant ainsi un enseignement et des formations cohérents et de qualité pour les étudiants et les apprentis. Bart Vandewaetere, responsable des relations avec les institutions européennes chez Nestlé, a insisté sur le fait qu'une responsabilisation des entreprises vis-à-vis des jeunes était essentielle. Patricio Perez de FEECCOO, le syndicat d'enseignants espagnol, regrette que le programme de formation Nestlé soit un cas isolé en Espagne.

Estelle Brentnall, représentante de la Fédération européenne des syndicats de l'alimentation, de l'agriculture et du tourisme (EFFAT), organisation qui s'est également engagée en faveur de l'Alliance, a fait remarquer que l'apprentissage dans le secteur de l'alimentation pouvait être amélioré par le biais d'une coopération plus étroite entre les syndicats sectoriels et les syndicats d'enseignants.

Des financements insuffisants, le développement de compétences répondant uniquement à des besoins ponctuels du marché de l'emploi et le manque de confiance des entreprises envers la capacité des établissements à former les travailleurs de demain sont autant d'éléments qui favorisent la privatisation de l'éducation et de la formation. « Face à de tels enjeux, il est essentiel que les syndicats d'enseignants soient disposés à coopérer avec les entreprises et les employeurs. Ce n'est qu'à travers une coopération plus étroite entre les partenaires sociaux, les gouvernements, les entreprises et toutes les parties prenantes que nous pourrons fournir un EFP et des apprentissages de qualité », a conclu Martin Rømer, Directeur européen du CSEE.

Photos du séminaire