Conscient de l'incidence importante du processus de gouvernance économique européen sur les réformes en matière d'éducation et de formation aux niveaux nationaux, et considérant l'éducation comme le premier moteur du progrès, le CSEE surveille toutes les phases du nouveau processus de gouvernance économique européen (Semestre européen) dans l'optique de promouvoir la vision de l'éducation de qualité pour tous défendue par les syndicats de l'éducation européens. Depuis 2011, en raison de la crise économique et financière, la gouvernance économique coordonnée n'a pas permis d'assurer une reprise durable. Bien au contraire, acquises au dogme de l'austérité, les réformes structurelles mises en place par les gouvernements détériorent de façon dramatique les systèmes d'éducation et de formation, le bien-être individuel et professionnel des enseignants, ainsi que les résultats scolaires. Dans ce climat de politiques d'austérité actuel, bon nombre de gouvernements ouvrent la porte à une privatisation accrue des services d'éducation potentiellement rentables et servant les intérêts d'entreprises privées. Cette situation compromet gravement l'accès gratuit et universel à l'éducation en Europe - principe considéré par le CSEE comme l'un des piliers fondamentaux d'une société où règnent justice et démocratie.  Cela fait plusieurs années maintenant que le CSEE mène des campagnes et mobilise ses organisations membres pour défendre la qualité de l'éducation en Europe, en proposant les approches alternatives préconisées par les enseignants pour améliorer les systèmes éducatifs, lesquelles se basent sur la solidarité et l'investissement en faveur de la croissance, plutôt que sur la concurrence économique et sociale.

Rubriques connexes

Le CSEE coordonne des actions à la fois au niveau national et européen pour relever les défis posés par le processus de gouvernance économique de l'UE. Ce processus, également connu sous l'appellation « Semestre européen », a une influence majeure sur les réformes et les programmes nationaux mis en place pour l'éducation et la formation. Au travers du Semestre européen, la Commission européenne procède à une analyse détaillée des programmes de réforme économique et structurelle mis en œuvre par les Etats membres de l'UE et leur adresse des recommandations concernant l'allocation des budgets pour l'année à venir. Ces « Recommandations spécifiques par pays » s'adressent à la majorité des Etats européens et concernent également les budgets alloués à l'éducation et à la formation. La principale priorité du CSEE consiste à suivre le processus annuel du Semestre européen et à renforcer la participation, la visibilité et l'influence des syndicats dans ce cadre.

Politique

  • Adoptée en novembre 2020, la Déclaration du CSEE sur les Priorités en matière d’investissement dans l'éducation pour la relance et la résilience appelle à une activation rapide des mécanismes de financement public pour une relance, une résilience et une transition adéquate dans le secteur de l'éducation par le biais de l’instrument de relance de l'UE intitulé « Next Generation EU ». En réponse à la Stratégie annuelle pour une croissance durable de la Commission européenne, la déclaration du CSEE présente les défis politiques ainsi que les besoins en matière de réformes et d'investissement dans le secteur de l'éducation à l'échelle européenne.
  • En mars 2020, le CSEE a publié un aperçu thématique et commenté les rapports par pays 2020 de la Commission européenne dans le domaine de l'éducation et de la formation, une composante du Paquet d'hiver 2020 du processus du Semestre européen 2020. Présentant l’aperçu thématique des priorités liées à l'éducation, le CSEE s'inquiète des inégalités inquiétantes dans les systèmes éducatifs résultant d’un manque d’investissement public, de la faible attractivité de la profession enseignante et d'une approche circonscrite portant sur les aspects commercialisables de l'éducation. À la lumière de l'épidémie de COVID-19 qui a touché toutes les écoles à travers l'Europe, le CSEE rappelle en outre l'importance d'assurer une éducation publique gratuite et de qualité pour tous.

  • La Position du CSEE sur le Plan d'investissement pour l'Europe appelle les dirigeants européens à promouvoir une approche holistique de l'investissement en faveur de la croissance en Europe ; à réglementer et à préciser le rôle des partenariats public-privé dans l'attribution de fonds supplémentaires prévus par le Plan d'investissement de la Commission européenne pour les infrastructures éducatives ; et à préserver et renforcer la responsabilité publique ainsi que les investissements publics dans le secteur de l'éducation.
  • La Déclaration du CSEE sur les RSP 2014 relatives à l'éducation et la formation (juin 2014) affirme que le Semestre européen 2014 a une incidence majeure sur l'éducation et la formation. Néanmoins, les effets de la crise au sein de l'éducation, engendrés par le manque de financement, n'ont pas été suffisamment abordés. Les RSP 2014-2015 n'offrent aucune perspective claire en matière d'investissements ciblés pour atteindre des objectifs stratégiques à long terme ; ne tiennent pas compte de l'avis des principaux acteurs au sein des environnements éducatifs, à savoir les enseignants ; et n'accordent pas suffisamment de place aux partenaires sociaux dans le cadre de la formulation et de la mise en œuvre de ces RSP.
  • La Déclaration du CSEE sur les propositions de la Commission européenne dans le cadre du Semestre européen 2012, affirme que l'éducation est un service public dont l'objectif n'est pas de réaliser des bénéfices, mais de donner « l'occasion à tous les citoyens de recevoir une formation de qualité, d'améliorer leurs qualifications et d'obtenir un meilleur emploi ».

Affiliations

Les experts syndicaux spécialisés dans le domaine de l'éducation, de la formation et de l'enseignement supérieur examinent les effets des Recommandations spécifiques par pays au niveau national, associés à l'intervention du Semestre européen dans les comités permanents du CSEE, en particulier le Comité consultatif et le Comité permanent de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le CSEE est membre du Groupe de travail de la CES Comité Economie et Emploi, au sein duquel les membres de la CES et les Fédérations syndicales européennes coordonnent leurs actions pour influencer le Semestre européen.

Actions

  • En 2017, à l’occasion de la Conférence « Education en Europe: Investissement public, Privatisation et Réformes: quel est le rôle joué par les syndicats de l’éducation? », le CSEE a publié à la fois  un rapport de recherche sur l’impact du Semestre européen sur l’éducation et la formation à travers l’Europe et un Guide pratique à l’attention des syndicats de l’éducation visant à renforcer leur implication dans le Semestre européen (2017), afin de soutenir les organisations membres du CSEE dans leurs stratégies pour influencer les différentes phases du Semestre
  • Le Plan d'action du CSEE relatif au Semestre européen constitue la stratégie de l'organisation pour influencer le Semestre européen. Il permet de coordonner les activités avec les organisations membres pour la participation des partenaires sociaux au Semestre européen, au niveau national et européen.
  • S'alignant sur le Cadre d'action et de campagne  Uni(e)s pour l'éducation de qualité et sur les priorités nationales en faveur de l'éducation basées sur les « 10 messages clés - Les points à améliorer pour une éducation de meilleure qualité en Europe » , les organisations membres ont tenté d'influencer les Recommandations spécifiques par pays du Semestre européen 2013-2014.
Plus informations
Page web de la CES sur la gouvernance économique, avec mises à jour concernant la coordination du Semestre européen entre la CES, ses affiliés et les Fédérations syndicales européennes.

Pièces jointes