Notre déclaration sur le COVID-19 : déjà une crise et des questions bien plus préoccupantes encore à long terme

L’épidémie de COVID-19 est une crise de santé publique totalement différente de tout ce à quoi l’Europe a été confrontée depuis de nombreuses années. Alors que le personnel éducatif et ses syndicats sont aux prises avec l'épidémie, nous soutenons et informons les organisations membres dans toute la mesure possible.

  • Le COVID-19 est à l’origine d’une crise sanitaire, sociale et économique sans précédent en Europe.
  • Son impact sur le système éducatif, le personnel et les étudiant·e·s est énorme. Les enseignant·e·s et le personnel de l’éducation s’adaptent rapidement à la situation pour soutenir leurs apprenant·e·s et leurs communautés, mais les conséquences négatives sur la qualité et l’équité de l’éducation pourraient perdurer pendant de longues années.
  • Plus grave encore, cette situation a mis en lumière les manquements fondamentaux dans la gestion des services publics des pays européens – y compris l’éducation. Nous devons repenser radicalement le sous-investissement systématique des services publics en Europe.
  • Au nom des millions des travailleur·euse·s qu’ils représentent, les syndicats de l’enseignement unissent leurs forces pour réclamer un soutien conséquent pour le personnel de l’éducation et les établissements scolaires.

Le Comité syndical européen de l’éducation (CSEE), représentant 132 syndicats de l’enseignement, soit 11 millions d’enseignant·e·s, répartis dans 51 pays européens, occupe une position unique pour analyser la crise du COVID-19. Notre nouvelle déclaration reconnaît clairement l’impact de la pandémie sur les systèmes d’éducation publics, les sociétés et les économies à travers l’Europe. La lutte directe contre le virus est en cours et se poursuit, requérant la fermeture sans précédent des écoles et une adaptation des pratiques éducatives. Dans un même temps, toute une série de questions commencent à se poser à propos de l’impact à long terme de cette crise sur la population, les travailleur·euse·s et les services publics. Les syndicats de l’enseignement à travers l’Europe recommandent de réfléchir attentivement aux enseignements que nous pouvons tirer de cette crise, en regard des mesures politiques et économiques de grande ampleur qui ont été prises pour atténuer ses conséquences désastreuses sur l’éducation et l’ensemble de la société.

Une chose est parfaitement claire : le personnel de l’éducation met tout en œuvre pour rester au service de la communauté et offrir à l’ensemble des étudiant·e·s le meilleur enseignement possible. Et ce, malgré les énormes difficultés que suppose un basculement inopiné vers l’enseignement à distance et en ligne, telles que l’accès insuffisant et inégalitaire aux équipements nécessaires, l’anxiété liée au confinement et les problèmes de santé. En particulier, les services publics comme l’éducation sont aujourd’hui, plus que jamais, confrontés aux conséquences d’une décennie de coupes budgétaires et de politiques d’austérité. En raison des décisions budgétaires qui ont été prises aux niveaux national et européen, les enseignant·e·s et le personnel de l’éducation ont été privés de leurs ressources, ont été confrontés à des pénuries d’effectifs et doivent aujourd’hui lutter pour supporter les pressions de la crise que nous traversons. Dans certains pays, même les employé·e·s de l’éducation voient leurs contrats de travail pris pour cible et leurs droits mis à rude épreuve au lendemain des mesures mises en place pour lutter contre le COVID-19.

Le rôle social essentiel des systèmes éducatifs et de leurs effectifs est désormais évident pour tout le monde. Les difficultés que suppose le passage à l’enseignement à distance rappellent aux familles à quel point les professionnel·le·s de l’éducation sont compétent·e·s et les interactions entre l’enseignant·e et l’apprenant·e essentielles dans le cadre de l’éducation de qualité. Ce constat est particulièrement vrai pour les apprenant·e·s ayant des besoins éducatifs spéciaux ou vivant dans des milieux familiaux difficiles, pour lesquel·le·s l’apprentissage autonome ou encadré par les parents est impossible. Dans bon nombre de pays, les écoles sont toujours ouvertes, assurant un service de base pour prendre en charge les enfants vulnérables ou dont les parents travaillent encore – exposant ainsi les employé·e·s de l’éducation et leurs familles au risque de contagion.

Les employé·e·s de l’éducation et leurs efforts méritent d’être applaudis, mais les syndicats de l’enseignement ne se contenteront pas d’éloges ou de vaines paroles. La présidente du CSEE Christine Blower a souligné : « Le CSEE et ses organisations membres demandent de renforcer la protection des droits des employé·e·s de l’éducation, leurs contrats et leurs salaires. Nous réclamons également un soutien public urgent pour le personnel de l’éducation devant appliquer de nouvelles méthodes et défendre les étudiant·e·s vulnérables. La crise sanitaire que nous traversons ne doit pas céder la place à une crise de l’éducation de qualité, de la justice sociale et du bien-être des enseignant·e·s. Nous devons nous tourner vers l’avenir. Les syndicats de l’enseignement appellent également à un changement de paradigme dans les priorités économiques et politiques de l’Europe. Les réponses que nous choisissons aujourd’hui détermineront le monde dans lequel nous vivrons demain. Cette crise ne doit pas ouvrir davantage encore les portes à la privatisation et à la commercialisation de nos systèmes éducatifs. L’austérité et les politiques éducatives néolibérales ont causé des dégâts terribles au cours de ces dix dernières années, portant atteinte à l’égalité au sein de l’éducation et incitant bon nombre d’enseignant·e·s à abandonner la profession. Mettons fin à cette croyance selon laquelle le marché serait un moyen plus efficace et plus rentable d’assurer les services publics essentiels. Mettons fin au sous-investissement systémique de l’éducation et à l’étouffement progressif de notre secteur public. »

La réponse immédiate des systèmes éducatifs européens à la pandémie de COVID-19 donnera le ton pour les années à venir. Les syndicats de l’enseignement s’unissent pour demander que la dignité humaine, l’équité, la solidarité et les besoins publics soient au centre de nos décisions, et non la cupidité du secteur privé ou les idéologies néolibérales vouées à l’échec. Nous connaissons mieux que quiconque les réalités quotidiennes de l’éducation en Europe et nous sommes prêt·e·s à jouer notre rôle dans la reconstruction d’une éducation égalitaire et durable pour chacun et chacune d’entre nous.

Notes aux rédacteur·rice·s

Le Comité syndical européen de l’éducation (CSEE) représente 132 syndicats de l’enseignement, soit 11 millions d’enseignant·e·s, répartis dans 51 pays européens. Le CSEE est un partenaire social du secteur de l’éducation au niveau de l’UE et une fédération syndicale européenne affiliée à la CES, la Confédération européenne des syndicats. Le CSEE est la Région européenne de l’Internationale de l’Education, la fédération syndicale mondiale de l’éducation.

Notre plateforme COVID-19 analyse, au travers du regard des syndicats, l’impact de la pandémie sur les systèmes éducatifs et leurs effectifs et propose une série d’articles sur la situation dans les différents pays.

Pour de plus amples informations ou demandes d’entretien, veuillez contacter :

Bryn Watkins
Responsable de la communication
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
+ 32 478 79 38 95

Déclaration du CSEE : lutter contre la crise du COVID-19